04 79 33 22 12

Apprendre l’anglais en immersion pour booster son employabilité

par | Juin 9, 2017 | Adultes & Professionnels, Nos Conseils | 0 commentaires

candidats qui attendent pour entretien d'embauche

Aujourd’hui, la bonne maîtrise de l’anglais est un enjeu vital pour les entreprises et les salariés. Le niveau global français est bas. La formation en immersion est la meilleure réponse à ces enjeux. Elle devient même presque indispensable pour acquérir un niveau suffisant et certifier du niveau nécessaire pour une carrière évolutive.

I. Contexte

Le commerce mondial

Le monde actuel, mondialisé, est rythmé par les échanges commerciaux internationaux, lesquels s’opèrent en anglais. De nos jours, impossible de commercer universellement sans maîtriser la langue de Shakespeare. Toutes entreprises avec des objectifs mercantiles ou non requièrent aujourd’hui la maîtrise de l’anglais, langue des affaires, du commerce et de la technologie. Entre les sociétés  vivant d’importations et d’exportations, celles qui poussent leurs ambitions au-delà des frontières pour se développer, celles qui sous-traitent dans d’autres pays pour baisser leurs coûts de production et celles qui sont rachetées par des groupes anglo-saxons, toutes les raisons convergent vers la nécessité de parler anglais.
Par ailleurs, Bruxelles évoluent également en anglais. Pour avancer dans le monde européen, il est donc devenu impératif de parler anglais afin de défendre au mieux ses intérêts.
En somme, très peu de domaines échappent aujourd’hui à la nécessité de maîtriser la langue de Shakespeare.

Le bas niveau d’anglais des français

Aujourd’hui, le niveau d’anglais des français est incontestablement bas. Selon une étude mondiale sur le niveau de langue de 2016, la France se situe au 29ème rang (sur 72 pays testés). Pas très glorieux et bien loin de l’excellent niveau des pays d’Europe du Nord qui, comme chaque année, sont au sommet du tableau, l’anglais étant enseigné dès le plus jeune âge. La partie plus inquiétante reste la meilleure position de pays aux systèmes éducatifs pourtant réputés bien moins efficaces que celui de la France, comme le Portugal ou la Roumanie…
Le niveau des français n’est pas totalement médiocre. Ils s’en sortent pour les échanges très basiques mais ils n’ont pas le niveau nécessaire pour le monde du business comme, par exemple, le vocabulaire pour animer une réunion en anglais, notamment parce que l’oral est vraiment le gros point faible des français.
Il est aussi intéressant de noter que le niveau d’anglais des français augmente bien plus rapidement une fois à l’université que durant les cycles primaires et secondaires. D’où l’intérêt de prendre le taureau par les cornes dès le plus jeune âge, par exemple en misant sur les vacances linguistiques des plus jeunes pour compenser les manques du système éducatif français en matière linguistique.

II. Enjeux pour les entreprises et les salariés

businessmen présentation orale professionnelle

Les entreprises

De nos jours, ne pas maîtriser l’anglais représente un réel handicap pouvant être lourd de conséquence pour les entreprises. Sur le chiffre d’affaires d’abord. Nombreuses sont les affaires non  concrétisées ou mises en péril à cause de lacunes linguistiques parmi les interlocuteurs.
Sur le temps perdu ensuite. Ces mêmes problèmes de communication, sur un projet international, peuvent être source de nombreuses incompréhensions entre les salariés au niveau d’anglais trop faible. Conséquences ? Erreurs, retard, budgets revus à la hausse… L’exemple le plus parlant reste celui de la construction du Tunnel sous la manche où les problèmes de communication entre les employés français et britanniques ont engendré, notamment, une année entière de retard sur la date de livraison prévue.
Sur les relations inter-entreprises enfin. Les gens ne maîtrisant pas l’anglais sont bien souvent peu enclins à travailler avec des clients et des collègues situés dans un autre pays.
Il est donc très clair que les insuffisances linguistiques représentent  une faiblesse concurrentielle majeure aux forts retentissements sur les résultats et les ambitions d’entreprises situées dans une France européenne et internationale.

Les salariés

Indéniablement, une des clés de la réussite professionnelle pour un salarié actuel réside dans sa maîtrise de l’anglais.  L’étude sur l’analyse des besoins des employeurs français au regard des compétences en langues étrangères de 2016, co-financé par le programme Erasmus+ de l’Union Européenne et conduit par un consortium incluant , entre autres,  le Ministère de l’Education nationale et celui de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, est source de nombreuses informations éclairantes sur l’enjeu des langues vis à vis du recrutement et de la carrière.  Suite aux résultats, un rapport a été rédigé et une campagne de sensibilisation sur l’importance  des langues pour l’emploi va être lancée.

De cette enquête sont ressorties plusieurs informations majeures pour comprendre les enjeux.
Une entreprise sur deux recherche, chez les candidats, la maîtrise d’au moins une langue étrangère ; à noter que ce critère fera la différence pour choisir entre 2 profils équivalents.
70 % des recruteurs considèrent le salarié polyglotte comme un véritable atout. L’anglais est évidemment la langue la plus demandée et utilisée en entreprise et toutes les catégories socioprofessionnelles sont concernés par le besoin de l’anglais. Au jour d’aujourd’hui, ce n’est pas moins d’un tiers des sociétés qui admet rencontrer des difficultés à recruter des profils compétents en langues et ce, quand le poste en requière la maîtrise.
Savoir parler anglais est donc plus que jamais une nécessité dans le monde du travail et ce, à tous les stades de sa carrière.

Pour trouver un 1er emploi

L’engouement récent des recruteurs pour les personnes ayant réalisé une année de césure en est la preuve : le profil le plus recherché est celui le plus ouvert sur le monde, maîtrisant les langues étrangères et les codes de l’interculturalité. Parler anglais est un point capital sur un CV.

– Pour évoluer

De la connaissance de l’anglais dépend l’accessibilité à des postes de plus haut niveau. En somme, si vous souhaitez évoluer au sein de votre entreprise ou ailleurs, il vous faudra compter sur la langue de Shakespeare sans quoi vous serez freiné dans votre élan et dépassé par des profils plus compétent. C’est bien de cela qu’il s’agit. Maîtriser l’anglais est un gage de compétitivité.

– Pour s’expatrier

Il peut s’agir d’une promotion ou d’un challenge professionnel et/ou personnel, quoiqu’il en soit, seul la maîtrise de l’anglais vous permettra de saisir des opportunités d’expatriation.

– Pour se reconvertir

Si vous avez envie de changer de métier voire de secteur professionnel, là encore, parler anglais facilitera les choses et ouvrira votre champ des possible.

-Pour espérer une meilleure rémunération

l y a des chances pour que vous accédiez à des postes plus haut placés en parlant anglais et que vous bénéficiez, en conséquence, d’une rémunération plus avantageuse.

III. Politique de formations des entreprises en anglais

Toutes ces raisons poussent les entreprises à miser sur la formation professionnelle. Pour la formation à l’anglais, l’immersion est, à juste titre, de plus en plus choisie pour tous les avantages qu’elle comporte. A la clé : une certification comme le TOEIC ou le BULATS  pour certifier du niveau et des salariés pour compétents.

étudiants adultes salariés mixtes

L’immersion gagne en popularité car, contrairement à ce qu’on pourrait croire de prime abord, elle est très économique pour différentes raisons  :

  • Finançable par le CPF
    Les salariés de tout niveau peuvent utiliser les heures de formation qui leur sont créditées sur leur compte CPF pour se former à l’anglais à l’étranger.
  • Montée en compétence rapide et efficace
    Le niveau d’un apprenant parti en immersion monte en flèche en un temps très court. C’est bien là tout l’intérêt. Complètement dédié à la langue durant toute la période de son séjour, pendant et en dehors des cours, il n’y pas d’autres possibilités que d’apprendre.
  • Véritable amélioration du niveau
    L’immersion est plus économique aussi dans le sens où elle est plus efficace qu’une formation poursuivie en France. Par exemple, pour 1600 €, vous pouvez bénéficiez d’environ 25 heures individuelles en France contre 1 semaine entière chez le professeur en Angleterre, incluant 25 heures de cours individuels + la pension complète + la pratique qu’exige l’immersion en dehors des cours.  La montée en compétence,  même sur une courte durée, est fulgurante. A l’inverse, des cours pris de manière éparses, sur plusieurs mois, en France, coûteront tout autant pour des résultats très peu probants. Mieux vaut donc, et de loin, investir dans l’immersion.

D’autres méthodes sont parfois choisies par les entreprises qui mesurent le besoin de formation en anglais des salariés : les cours par téléphone, les cours individuels ou en groupe en France, l’e-learning.
Nombreux sont ceux à y voir un gain de temps (les apprenants font souvent ça hors temps de travail) et donc d’argent. Or, les résultats font penser l’inverse. Le manque de récurrence dans la pratique fait pâtir grandement l’évolution du niveau. De plus, contrairement à l’immersion, le contexte n’est pas entièrement dédié à la langue. Enfin, l’engagement est forcément moindre lorsqu’on tente de caler une heure de cours, le soir, après le travail et avant de récupérer les enfants qu’en totale immersion en Angleterre.  Consacrer une ou quelques semaines à l’immersion est donc le contraire de la “perte de temps

En conclusion et à tous les points de vue, l’immersion est la seule véritable solution efficace pour doper son niveau d’anglais rapidement.

Besoin de vous former ?

Découvrez nos formations en immersion pour professionnels, éligibles au CPF :
– pour améliorer votre niveau d’anglais général ou spécifique à votre secteur d’activité
– pour gagner en confiance et en fluidité
– pour développer vos performances à l’international

Nos immersions pour professionnels

Lexiques d’anglais

Suivez-nous sur Twitter

Share This